Pour éviter toute confusion…

Par Hugues Doré-Bergeron

Le mardi 11 novembre 2014, Mme Lysiane Gagnon a signé dans La Presse un texte intitulé « Présumés coupables… » où elle s’inquiétait avidement du sort de la présomption d’innocence au Canada et de la « subjectivité » de ce que représente du harcèlement ou une agression sexuelle[1]. Elle traite de toutes ces questions en démontrant, à plus d’une reprise, une confusion douteuse. Le présent texte vise à répondre au sien et à clarifier certaines des notions qu’elle y aborde et dont on traite fréquemment dans l’actualité ces jours-ci.   Lire la suite