Les limites

Par Atïm Leon

Il n’y a pas deux laïcités, l’une ouverte, l’autre fermée. Chaque pays a une politique de laïcité distincte et propre. Afin d’acheter la paix, les États-Unis incluent tous les dieux dans leur Dieu unique, mais la France refuse tous les dieux pour n’en refuser aucun en particulier. Le Danemark, État moderne s’il en est, a une religion d’État. Les Allemands paient des impôts à leurs églises. Après avoir tué Dieu, l’État russe l’a mis à sa botte. Confrontée à une religion qui ne fait pas la différence entre Dieu et le politique, la Turquie a interdit Dieu dans l’espace public. Et ainsi de suite. Voilà juste un petit échantillon de régimes de laïcité très diversifiés et tous liés à une histoire nationale particulière. Je vous mets au défi de classer le tout en deux colonnes bien nettes : ouverte, fermée.

Lire la suite

Laïcité positive, laïcité négative

Par Louis-François Brodeur

Il me paraît pertinent de proposer une clarification conceptuelle qui permettra peut-être d’améliorer le débat qui est en cours sur la Charte de la laïcité. Un premier point toutefois, avant de proposer cette clarification, doit être soulevé concernant la qualité du débat. Plusieurs ont déploré un manque de respect de la part des protagonistes, un ton peu propice au débat, des raccourcis intellectuels et l’emploi de sophismes. Dans ce débat, il ne s’agit pas de simples politiques publiques ou de méthodes de communication. Je dirais même que ce débat dépasse probablement le cadre conventionnel de ce que l’on a l’habitude de nommer les grands choix de société. Pour ma part, j’admire ce débat. La politique revêt aujourd’hui, autour de cet enjeu, un caractère existentiel. Ce pourrait être le premier pas pour sortir d’une certaine désaffection de la politique et d’un cynisme largement partagé envers la chose publique.

Lire la suite

Les pièges de l’argumentation

Par Francis Sabourin

Comme vous l’avez sans doute déjà remarqué, le débat autour de la charte des valeurs québécoises suscite bien des réactions, notamment sur la scène fédérale. Le reste du Canada semble bien mal comprendre le débat sur la laïcité qui occupe l’espace public québécois. Plusieurs critiques assez sévères s’élèvent dans les journaux anglo-canadiens concernant la proposition du gouvernement. Au-delà des questions de modalités, à savoir si l’on doit autoriser les signes religieux ostentatoires ou non, il y a des questions de fond. Le modèle multiculturaliste canadien est-il bien adapté au cas québécois? Est-il possible de le remettre en question? Est-il normal que certaines personnes trouvent qu’il ne vaut pas la peine de débattre de cette question fondamentale?

Lire la suite

Les orphelins du débat sur la charte des « valeurs » (1/2) : Réplique aux injustes « inclusifs »

Image: © Jean-Bernard Marchand – Mur de Sarajevo

Par Jocelyn Caron et Jean-Bernard Marchand

L’un des moteurs de notre intérêt pour les affaires publiques et de notre engagement politique au sens large est le sentiment d’injustice qui peut habiter les questions relatives à l’organisation de la Cité. Lorsque celui-ci nous prend, il peut être un formidable élément motivant à agir. Depuis le début du débat sur la charte de la laïcité, nous sommes épris à nouveau de ce ressenti.

Lire la suite

Larvatus prodeo

Par Louis-François Brodeur

J’avance, prodeo, masqué, larvatus. Il semble que la future charte s’avance masquée, que Bernard Drainville s’avance masqué, que le gouvernement du Parti québécois s’avance masqué. M’inspirant de ce qui semble être, à l’instar de Descartes, la maxime du parti souverainiste, je leur recommanderais d’y aller d’un peu plus de larvatus et un peu moins de prodeo. Mieux encore que la masquer, pourquoi ne pas tout simplement abandonner ce projet!

Lire la suite

Le Québec face à la liberté de religion: le silence de la raison

Par Ludovic Langlois-Thérien

L’été a été marqué par un regain d’intérêt dans le débat public pour les questions concernant la religion et l’espace public. Comme en 2007 à l’époque de la « crise des accommodements » et de la Commission Bouchard-Taylor, ce regain d’intérêt a été caractérisé par une grande émotivité et l’incapacité de traiter des questions de fonds dans le débat public. Ce contexte explosif commande que les questions touchant les accommodements et la liberté de religion soient gérées avec beaucoup de prudence. Malheureusement, les fuites sur la Charte des valeurs du Parti québécois et la réaction incidente du gouvernement laisse présager une approche archaïque, qui exploite l’incompréhension plutôt que de chercher à la résoudre.

Lire la suite