Cécité d’inattention

Par Mounthaga Sow

Jour après jour, la psychologie révèle les mécanismes étranges de nos cerveaux. Il a ainsi été établi qu’en monopolisant l’attention d’un observateur avec un stimulus suffisamment important (p. ex. une tâche complexe) on peut le rendre aveugle à des choses très évidentes. L’exemple classique est celui de l’observateur à qui on demande de regarder une partie de basketball et de compter le nombre de passes échangées. Si l’on fait circuler parmi les joueurs une personne déguisée en gorille, la quasi-totalité des observateurs ne s’en rendra pas compte. C’est la cécité d’inattention. Lire la suite

De l’importance de l’aspect public de la justice : une critique du nouveau code de procédure civile

Par Hugues Doré-Bergeron

Le projet de loi no 28 instituant le nouveau Code de procédure civile (« CPC ») a été déposé le 30 avril 2013 par le ministre de la Justice, M. Bertrand St-Arnaud[1]. Celui-ci est en général très similaire à l’avant-projet de loi qui avait déjà été déposé en septembre 2011 par le prédécesseur de M. St-Arnaud, le libéral Jean-Marc Fournier[2].

Lire la suite

Laïcité positive, laïcité négative

Par Louis-François Brodeur

Il me paraît pertinent de proposer une clarification conceptuelle qui permettra peut-être d’améliorer le débat qui est en cours sur la Charte de la laïcité. Un premier point toutefois, avant de proposer cette clarification, doit être soulevé concernant la qualité du débat. Plusieurs ont déploré un manque de respect de la part des protagonistes, un ton peu propice au débat, des raccourcis intellectuels et l’emploi de sophismes. Dans ce débat, il ne s’agit pas de simples politiques publiques ou de méthodes de communication. Je dirais même que ce débat dépasse probablement le cadre conventionnel de ce que l’on a l’habitude de nommer les grands choix de société. Pour ma part, j’admire ce débat. La politique revêt aujourd’hui, autour de cet enjeu, un caractère existentiel. Ce pourrait être le premier pas pour sortir d’une certaine désaffection de la politique et d’un cynisme largement partagé envers la chose publique.

Lire la suite

Larvatus prodeo

Par Louis-François Brodeur

J’avance, prodeo, masqué, larvatus. Il semble que la future charte s’avance masquée, que Bernard Drainville s’avance masqué, que le gouvernement du Parti québécois s’avance masqué. M’inspirant de ce qui semble être, à l’instar de Descartes, la maxime du parti souverainiste, je leur recommanderais d’y aller d’un peu plus de larvatus et un peu moins de prodeo. Mieux encore que la masquer, pourquoi ne pas tout simplement abandonner ce projet!

Lire la suite

Et pourquoi pas la démocratie participative ?

Par Jean-Bernard Marchand

Nous entretenons certainement une étrange relation avec la participation citoyenne. D’abord, notre culture politique ne nous y habitue pas souvent. La démocratie représentative consacre le rituel électoral comme le moyen de prédilection afin de faire émerger la sagesse populaire.  Ensuite, une certaine élite persiste à voir dans dans la participation citoyenne, ce nouveau canal de partage du pouvoir, une sorte de calomnie dont la résultante nette serait la paralysie de l’État, et pire encore, le chaos social.[1] Mais entre les promesses d’un système politique en crise et l’enflure verbale des tenants du statu quo, qu’en est-il vraiment de la démocratie participative?

Lire la suite