Le Harfang: un certain regard sur les affaires publiques

 

Le Harfang est une revue Internet qui analyse, propose et critique parfois au sujet de questions d’affaires publiques.

Pourquoi une nouvelle revue ? Quelles sont ses valeurs ? Qui la compose ? Pourquoi le nom de Harfang ?

Au lieu de produire un manifeste ou une déclaration solennelle, nous avons choisi de présenter Le Harfang à l’aide d’une simple FAQ (foire aux questions), qui, nous l’espérons, saura aiguiser votre intérêt et répondre à vos questions.

Pourquoi cette revue?

Essentiellement, pour 2 raisons, plus ou moins complémentaires :

  1. Parce que les idées mènent encore le monde et ont une influence plus grande que l’on considère généralement. Il y a de la place au Québec pour une revue qui analyse, commente, émet des idées, tente de convaincre au sujet des affaires publiques.
  2. Parce que s’il ne manque pas au Québec d’endroits pour exprimer ses idées, notamment grâce à Internet, il n’existe à notre avis aucun projet comme Le Harfang. Pourquoi?

A. D’abord, parce qu’il existe peu ou prou de sites Internet québécois gratuits jouant le rôle de revues faisant la promotion de valeurs bien affirmées.

B. Ensuite, parce que les expériences similaires ne sont en fait que des médias qui se veulent généralistes (on y parle de tous les sujets) et ancrés strictement dans l’actualité : ici, il n’est pas question de parler d’autres choses que d’affaires publiques, que cela touche l’actualité ou non.

C. Finalement, parce que les revues intellectuelles qui existent actuellement ne sont souvent que des parutions mensuelles, dans un format papier et pas toujours accessibles au grand public (autant au niveau de la forme que du fond). L’utilisation d’Internet, avec la possibilité de publier de manière régulière, peut rendre une revue comme Le Harfang, nous l’espérons, attrayante.

Pour la revue Le Harfang, qu’entend-on par affaires publiques?

En une phrase : ce qui concerne le passé, le présent et le futur de l’organisation de la Cité, qu’elle soit québécoise, nord-américaine ou mondiale.

On y retouvera, sans nécessairement s’y limiter, des textes sur la politique, l’économie, l’administration publique, l’environnement, l’histoire, la sociologie, etc. Tout ce qui permet de concourir à la formulation d’analyses et de propositions qui vont dans le sens de l’amélioration de la condition humaine et nationale est bienvenu, pourvu que cela respecte nos valeurs.

Quelles sont les valeurs véhiculées par Le Harfang?

  1. Le Québec est une nation, qui a le droit de prendre les moyens pour assurer sa pérennité, sa liberté et sa plénitude. Le cadre constitutionnel canadien actuellement en vigueur ne lui permet pas.
  2. Le progressisme est le meilleur vecteur de gestion des affaires de la Cité. Par progressisme, on entend : la conviction que la société, le bien commun et la justice sociale existent, qu’il faut toujours chercher à améliorer la condition de l’homme et que l’État a un rôle significatif à jouer dans l’atteinte de ces objectifs[1].

Qui écrit dans Le Harfang?

Des jeunes (mais pas exclusivement) qui ont un bagage d’expériences pertinentes et envie de participer aux débats qui façonnent la Cité.

Pourquoi avoir choisi Le Harfang comme nom?

Le regard posé par ce volatile semble être celui que nous voulions voir posé sur les affaires publiques. Un regard sérieux, au-dessus de la mêlée, qui emporte avec lui un certain détachement : pour nous rappeler de ne pas tomber dans le commentaire, au sens le plus péjoratif du terme. En bonus, le harfang des neiges est l’emblème aviaire du Québec.

Pourquoi avoir choisi « Un certain regard sur les affaires publiques » comme slogan?

Afin que le lecteur sache que le regard posé par Le Harfang véhiculera ses valeurs et qu’il n’est pas neutre.

Est-ce que Le Harfang est présent sur les réseaux sociaux ?

Oui!

Twitter : https://twitter.com/LeHarfangAP

Facebook : http://facebook.com/leharfang

Tous les articles peuvent être directement publiés sur les réseaux sociaux; n’hésitez pas!

Pourquoi n’y a-t-il pas de possibilités de faire des commentaires sur les articles ?

L’expérience montre que les sections commentaires sont souvent des endroits où les gens perdent toute forme de civilité et où la discussion est improductive. Pour l’instant, nous avons donc choisi de ne pas introduire de section commentaires.

Toutefois, les lecteurs peuvent réagir en envoyant une réplique à contact@leharfang.com. Le Harfang pourrait publier une bonne réplique qui respecte ses valeurs, qui sont sa raison d’être.

Je veux contacter directement un auteur; comment faire ?

Pour l’instant, vous devez écrire un courriel à contact@leharfang.com et nous ferons suivre le courriel à l’auteur concerné rapidement.

Est-ce que je peux citer ou copier du contenu du Harfang ?

Oui, à condition de mentionner l’auteur, le titre de l’article et la source.

Vise-t-on à faire du Harfang une entreprise commerciale?

A priori, non. Ainsi, tant que c’est possible, nous essayerons de ne pas mettre de publicité sur le site et/ou de vendre des abonnements.

Comment faire pour aider Le Harfang?

De deux manières!

La première, c’est faire un don. Comme Le Harfang est une OBNL de type contractuelle (non personnalisée), nous existons à cause du temps et de l’argent investi par les auteurs et autres artisans numériques. Pour nous aider, vous pouvez donc faire un don à travers le système PayPal. Vous pouvez envoyer directement le don à l’adresse suivante paypal@leharfang.com ou accéder, sur la page d’accueil, à un module PayPal (dans la colonne de droite) visant à faire un don. En premier lieu, les dons serviront à payer le graphiste et le webmestre qui ont bien voulu prendre de leur précieux temps pour nous aider. Ensuite, ils serviront au développement de la revue. À noter que comme nous ne sommes pas une organisation de bienfaisance, nous n’émettons pas de reçu d’impôts.

La deuxième, c’est faire la promotion active du Harfang et ses articles sur les réseaux sociaux!

Le Harfang publie-t-il des textes anonymes ?

Après réflexion (et demandes en ce sens), Le Harfang a décidé de laisser la possibilité aux auteurs anonymes de publier en son sein. L’anonymat demeure toujours une question intéressante.

En effet, il peut y avoir d’excellentes raisons de vouloir garder l’anonymat : sans cette possibilité, la démocratie s’en trouverait affaiblie. Il arrive que certaines personnes soient dans des situations où l’expression de leurs opinions pourrait leur être préjudiciable et cela sans regard à la qualité de leur contribution, que ce soit parce qu’ils entretiennent des relations d’affaires, que cela pourrait créer des frictions dans leur milieu de travail ou pour toute autre raison qu’ils considèrent justifiée.

En même temps, on peut soutenir que l’anonymat n’a pas sa place dans le débat public, car en démocratie, il importe de débattre à visage découvert. Les risques de dérapages existent, la crédibilité d’un texte anonyme peut diminuer du fait que l’on ne sait pas qui l’a écrit et un déséquilibre peut exister entre ceux qui débattent à visage découvert et les auteurs anonymes.

Le Harfang a néanmoins accepté de publier des textes anonymes, sous ces conditions :

1. L’identité de l’auteur devra être connue de l’équipe éditoriale;

2. La demande d’anonymat devra être justifiée et sera sommairement disponible pour les lecteurs;

3. Le contrôle du contenu sera plus strict que celui des auteurs à l’identité dévoilée, notamment au regard de l’expertise de l’auteur;

4. Comme tous les autres textes soumis, les textes publiés de manière anonyme devront rencontrer le cadre, les critères et les valeurs de la revue.

Avec ces critères, nous tentons en quelque sorte une expérience. Voyons où cela nous mènera.

Un auteur qui voudrait requérir l’anonymat peut donc contacter directement le Harfang à l’adresse suivante : contact@leharfang.com.

Je souhaite joindre la revue ; comment faire ?

Vous pouvez envoyer votre CV, une lettre de motivation et un exemple de texte à l’adresse courriel suivante : contact@leharfang.com. Nous vous ferons parvenir une réponse dans un délai raisonnable. Nous sommes d’ailleurs particulièrement à la recherche d’auteurs féminines!

 


[1] Pour en savoir plus sur le progressisme, voir Nugent, Walter. 2010. Progressivism. A Very Short Introduction. New York: Oxford University Press.